Archives de catégorie : Les débats des Annales

Les Annales en débat : le quotidien du communisme

2-2013L’historiographie des pays communistes, ou plutôt socialistes, si l’on emploie la désignation que ces régimes se donnaient eux-mêmes, a longtemps été dominée par des interrogations politiques ou géopolitiques faisant la part belle aux institutions et aux relations internationales. Sans oublier quelques tentatives dès les années 1970, c’est surtout depuis l’ouverture des archives au début des années 1990 que des historiens, en Russie, en Amérique du Nord et en Europe, ont exploré d’autres dimensions, ouvrant la voie à une véritable histoire sociale des régimes communistes au quotidien. Ce numéro des Annales se situe dans le prolongement de ce déplacement : à travers des enquêtes sur les pratiques et les objets du quotidien, c’est une manière novatrice d’aborder l’Europe de l’Est et l’Union soviétique du xxe siècle mais aussi, plus fondamentalement, d’écrire l’histoire du contemporain que ce numéro spécial de la revue a voulu illustrer.Avec la participation de :
Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales).
Larissa Zakharova (Ehess)
Nathalie Moine (Cnrs)
Nadège Ragaru (Sciences-Po)
Sophie Cœuré (Université Paris Diderot)
Vanessa Caru (Cnrs – Annales)

Les Annales en débat : Histoire impériale, histoire coloniale

DocHdl1OnPRS001tmpTargetLes catégories d’histoire coloniale et d’histoire impériale sont devenues des outils analytiques fondamentaux dans la production historiographique, même si les malentendus intellectuels qu’elles ont pu parfois engendrer n’ont pas toujours été clairement dissipés. Quelles sont les limites de leur emploi dans le temps et dans l’espace ? Sont-elles compatibles l’une avec l’autre, ou se situent-elles sur des plans historiques ou historiographiques différents ? Engagent-elles des lectures centrées sur le point de vue des puissances coloniales et/ou impériales et sont-elles une autre manière de faire de l’histoire européenne hors de l’Europe, ou bien ouvrent-elles un vrai espace de réflexion sur les situations de rencontre, les pratiques locales des populations indigènes, et permettent-elles finalement de relire l’histoire européenne à partir de ces espaces ? Deux dossiers publiés dans ce volume des Annales, l’un consacré à l’étude des circulations entre Antilles et Europe au XVIIIe et au début du XIXe siècle, l’autre à l’analyse des formes de résistance et de mémoire indigène au XXe siècle chez les Indiens d’Amérique et au Tonkin, sont l’occasion d’aborder ces questions, en lien avec des ensembles de comptes rendus consacrés aux colonisations et aux mondes indiens.

Avec la participation de :

Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales)

Jean-Paul Zúñiga (CRH, EHESS)

Thomas Grillot (CENA, EHESS)

Jean-Frédéric Schaub (CRBC, EHESS)

Romain Bertrand (CERI, Sciences Po, membre du comité de rédaction des Annales)

Les Annales en débat : Crédit antique, crédit contemporain : entre histoire économique et histoire sociale

4-2012(1)Dans un contexte contemporain où la question du crédit a fait, avec la crise, un retour brutal dans le débat public, les Annales ont cherché, dans ce numéro, à rendre compte des tendances récentes de l’historiographie du crédit, domaine profondément renouvelé au cours des dernières années. En construisant parallèlement un dossier consacré à l’économie antique, posant à travers deux articles la question du rôle des croyances culturelles dans l’économie romaine et de l’existence d’un marché du crédit privé, et un dossier portant sur le crédit entre le XVIIIe et le XXe siècle, s’interrogeant sur la « relation de crédit », des filières marchandes du XVIIIe siècle au crédit à la consommation des années 1900, il s’est agi de mettre en lumière une manière de faire de l’histoire économique qui soit également une sociologie historique des acteurs du crédit.
Avec la participation de : Étienne Anheim (dir. de la rédaction), Claire Lemercier (CNRS/SciencesPo), Claire Zalc (CNRS/ENS), François Lerouxel (Paris-Sorbonne), Guillaume Daudin (Paris-Dauphine), Fabien Eloire (Lille I)

 

Les Annales en débat : régime de genre dans les sociétés occidentales

fd3e7970d4

Depuis la fin des années 1980, l’histoire du genre a été l’une des innovations majeures de l’historiographie au niveau international, sans pour autant pouvoir recevoir une définition univoque. Utilisée parfois comme une notion destinée à mettre en crise l’histoire sociale traditionnelle, le genre a pu aussi, au contraire, participer au renouveau d’une pratique de l’histoire attentive à la diversité des identités et des critères de différenciation des individus. Parfois inscrit dans un schéma évolutionniste simplificateur, opposant des sociétés anciennes plurielles du point de vue du genre à une modernité identifiant genre et sexe, le genre est également une ressource pour penser les contradictions et les complexités des mises en forme du sexe social dans le temps et l’espace. En se concentrant sur une chronologie allant de l’Antiquité au XVIIe siècle, ce numéro des Annales tente précisément d’explorer ces deux pistes : il s’agit de montrer comment le genre est tout à la fois une manière de faire de l’histoire sociale et de rendre son épaisseur à une chronologie des rapports entre hommes et femmes qui, au sein d’une même société et à un même moment, peuvent relever de différents « régimes » en évolution constante.
Avec la participation de :
Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales).
Didier Lett (Université de Paris-Diderot)
Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris-Est/Marne-la-Vallée)
Fabrice Virgili (CNRS/Université de Paris I).