Les Annales en débat : Violences révolutionnaires

 
L’inauguration, au mois de décembre 2015, d’un nouveau parcours de visite de la Conciergerie, réalisé en collaboration avec un comité scientifique d’historiens spécialistes de la Révolution française, a permis de rappeler les enjeux de l’historicisation des formes de violence dans la France de la fin du XVIIIe siècle. Le débat organisé à la suite de la parution du dossier « Violences révolutionnaires » qui ouvre le numéro 2-2016 des Annales s’inscrit dans ce prolongement. Ce dossier cherche à mettre en perspective les pratiques de la violence grâce à une étude de leur contexte politique mais aussi social et religieux. En confrontant une approche historiographique et une étude de cas, il permettra d’ouvrir une large discussion collective sur la pluralité de la notion de « violence » et sa place dans l’interprétation historique de l’épisode révolutionnaire.

Avec la participation de :
Déborah Cohen (Université de Rouen) ;
Guillaume Mazeau (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) ;
Clyde Plumauzille (EHESS) ;
Anne Simonin (CNRS-EHESS, membre de la rédaction des Annales) ;
et Étienne Anheim (EHESS/directeur de la rédaction des Annales).

Les Annales en débat (BNF, vendredi 17 mars 2017)

Sociologie et histoire

 À l’occasion du cycle « Les Annales en débat », la rédaction des Annales HSS vous invite au débat « Sociologie et histoire », organisé autour des numéros 2 et 3-2016.

Deux numéros récents des Annales ont été l’occasion de publier des dossiers s’interrogeant de manière réflexive sur la sociologie et ses rapports avec l’histoire, comme discipline, et avec l’historicité, comme objet. En revenant sur l’histoire de la sociologie, tel Danny Trom dans son étude sur Norbert Elias, en discutant de la sociologie processuelle d’Andrew Abbott dans une perspective historique, comme le propose Morgan Jouvenet, ou en explorant la dimension théorique et pratique de la notion de dispositif pour les sciences sociales, comme le font Nicolas Dodier et Janine Barbot, c’est bien à une relance des échanges entre sociologie et histoire que contribuent ces travaux. Le débat prendra place dans cette perspective interdisciplinaire actualisée, qui s’inscrit moins dans un horizon théorique prédéfini que dans le constat du foisonnement contemporain des pratiques des chercheurs en sciences sociales.
Avec la participation de :

Françoise Daucé (EHESS) ;

Jeanne Lazarus (CNRS-Sciences Po) ;

Laurent Willemez (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines) ;

Jean-Louis Fabiani (EHESS) ;

et Étienne Anheim (EHESS, directeur de la rédaction des Annales).

Entrée libre 

Lieu :
BNF François-Mitterrand salle 70 – accessible depuis l’entrée Est (côté RER/métro lige 14), suivre ensuite la direction « petit auditorium »
 – 11 quai François Mauriac 75013 Paris

Contact : annales@ehess.fr
Site internet : http://annales.ehess.fr/

Parution du n° 75-3

9782200930318-001-gCette nouvelle livraison des Annales s’ouvre par une conférence inédite du sociologue Andrew Abbott, accompagnée par une étude de Morgan Jouvenet sur les rapports entre sociologie et temporalité dans l’œuvre du sociologue américain. La partie centrale du numéro est dédiée à un dossier consacré à l’histoire politique et sociale du monde grec. Il propose un regard renouvelé sur trois questions, correspondant à trois périodes différentes : l’époque archaïque, tout d’abord, autour de la question de l’État et des biens communs (John Ma) ; l’époque classique, ensuite, à propos des biais méthodologiques à prendre en compte pour écrire une histoire sociale d’Athènes (Kostas Vlassopoulos) ; l’époque hellénistique, enfin, avec une réflexion articulant histoire politique et anthropologie du corps (Paul Cournarie). Enfin, le volume est complété par un article d’Annick Lacroix sur l’histoire de la poste dans l’Algérie coloniale. Le numéro comprend également un ensemble d’une quarantaine de comptes rendus sur le thème « Institutions ».
Le sommaire complet est en ligne :
http://annales.ehess.fr/index.php?469
Retrouvez les Annales en ligne sur le site de Cairn.info
Pour se procurer le numéro ou s’abonner :
Bonne lecture !

Partenariat avec Cambridge University Press

Les Éditions de l’EHESS et Cambridge University Press ont le plaisir d’annoncer leur nouveau partenariat pour la co-édition de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales à partir de 2017.

Les Annales sont la revue francophone d’histoire la plus diffusée dans le monde. Son approche unique, alliant ouverture et rigueur intellectuelles, en fait l’une des revues les plus influentes et les plus réputées dans le champ des sciences sociales. Grâce à leur collaboration, Cambridge University Press et les Éditions de l’EHESS pourront proposer à leurs lecteurs à la fois le savoir-faire et les structures indispensables pour tirer le meilleur parti des innovations récentes dans le champ éditorial, tout en préservant le caractère singulier des Annales et en touchant un public international toujours plus large, et de plus en plus connecté. Ces nouvelles dispositions vont permettre un certain nombre d’avancées majeures.

Les Annales, qui sont publiées en deux versions, l’une en français et l’autre en anglais, depuis 2012, seront officiellement co-éditées et diffusées par Cambridge University Press et les Éditions de l’EHESS à partir de 2017. Chaque article est traduit et édité par une équipe dédiée pour produire l’édition anglaise officielle. Celle-ci est publiée avec le même souci de rigueur éditoriale que la version française, et est disponible à l’abonnement (en version papier comme en ligne) auprès du même éditeur. Le travail de traduction fonctionne dans les deux sens, ceci afin de contribuer aux échanges entre les chercheurs francophones et anglophones, de renforcer l’impact international de la revue et d’encourager toutes les contributions directes issues de ces deux langues.

Les numéros les plus récents des éditions française et anglaise, ainsi que les archives complètes des articles et comptes rendus publiés par les Annales depuis 1929, seront mis en ligne sur Cambridge Core, la nouvelle plateforme d’édition numérique de Cambridge University Press. Pour la première fois, l’intégralité du contenu publié par les Annales sera ainsi accessible en ligne depuis un site unique, entièrement indexé et interrogeable. Cette collection numérique, qui constituera une nouvelle ressource précieuse pour les chercheurs, comprendra également les traductions anglaises des articles publiés dans les Annales depuis 2012.

Pour la première fois également, les abonnés institutionnels auront la possibilité de souscrire à un abonnement en formule « accès en ligne uniquement », en reconnaissance du fait que les bibliothèques sont aujourd’hui soumises à une pression croissante en termes d’espace physique disponible au sein de leurs établissements. Les Annales seront également proposées dans le cadre d’offres d’abonnements groupés et de conventions d’aide dont bénéficient des milliers d’institutions de par le monde.

« C’est un privilège exceptionnel que d’avoir ainsi l’opportunité de travailler avec l’équipe des Éditions de l’EHESS et le comité éditorial des Annales, pour ouvrir une nouvelle phase dans l’histoire de ce journal majeur et hors du commun. » (Ella Colvin, directrice, Cambridge University Press)

« Ce partenariat marque un tournant dans l’histoire de notre revue. Nous sommes ravis que le projet intellectuel des Annales, qui s’engage lui-même dans une nouvelle phase, puisse ainsi bénéficier d’une visibilité accrue sur la scène internationale. » (Étienne Anheim, directeur de la publication, Annales. Histoire, Sciences Sociales)

« Je suis ravi à l’idée que les Annales soient désormais publiées en étroite collaboration avec Cambridge University Press. Cela contribuera au renforcement des liens entre chercheurs et universitaires français et britanniques, et permettra d’accroître la visibilité internationale des Éditions de l’EHESS et des Annales. » (Emmanuel Désveaux, directeur, Éditions de l’EHESS)

Informations et contacts

Pour tout complément d’information, veuillez consulter le site de la revue : www.cambridge.org/annales

Étienne Anheim, directeur de la rédaction, annales@ehess.fr

Daniel Pearce, responsable de publication, Cambridge University Press, dpearce@cambridge.org

Si vous recevez actuellement des revues Cambridge dans le cadre d’un consortium ou d’une licence de site spécifique, veuillez contacter votre chargé de clientèle habituel ou l’administrateur concerné.

Lecteurs basés aux États-Unis : usjournals@cambridge.org

Lecteurs basés dans le reste du monde : journals@cambridge.org

Les Annales en débat : Géographies de la Première guerre mondiale

 
couv-1-2016L’histoire de la Première Guerre mondiale a longtemps été écrite depuis un point de vue unique, celui du front de l’Europe de l’Ouest. Le centenaire de la Grande Guerre a cependant bien mis en lumière la vivacité d’un débat historiographique international qui témoigne du profond renouveau des approches et des méthodes. Le dossier publié dans le numéro 1-2016 des Annales s’inscrit dans cette perspective. Il tente de mettre en évidence les enjeux mondiaux de la guerre et de montrer comment le décentrement des points de vue, par rapport au théâtre européen, permet d’écrire une nouvelle histoire de la guerre, attentive à l’environnement, à la culture de guerre ou aux jeux d’échelle. Ce sont les frontières mêmes de la guerre, dans les différents sens du terme, qui seront finalement l’objet de la discussion, pour parvenir à mieux mesurer l’impact global de cet événement, très au-delà des champs de bataille.

Avec la participation de :

Olivier Compagnon(Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Pierre Purseigle (University of Warwick/Trinity College Dublin)
Cloé Drieu (CNRS/CETOBAC)
Jay Winter (Yale University)
et Étienne Anheim (EHESS/directeur de la rédaction des Annales)

Les Annales en débat : L’histoire par le bas

couv_annales_4_2015_hdL’histoire de l’Europe moderne constitue l’un des terrains privilégiés du dialogue entre l’histoire et les sciences sociales. Ces sociétés qui à la fois se trouvent à distance de ce que nous considérons comme contemporain et en forment le creuset ont permis l’élaboration d’œuvres intellectuelles de grande ampleur, comme celle d’E. P. Thompson (1924-1993), dont le travail sur la classe ouvrière ou l’économie morale a marqué l’historiographie internationale. À l’occasion de la récente traduction en français par Jean Boutier et Arundhati Virmani des Usages de la coutume, l’historienne Simona Cerutti s’est livrée à une relecture de la notion essentielle d’« histoire par le bas » (history from below), une approche qui désigne à la fois une méthode et un objet historiographiques, tout en prêtant attention à des pratiques sociales qui demeurent souvent dans l’ombre de l’histoire traditionnelle. Nous proposons de revenir sur cette notion, ce qui permettra de confronter les approches d’E. P. Thompson et de S. Cerutti et, plus largement, d’aborder des questions méthodologiques qui concernent l’ensemble de l’histoire et des sciences sociales.

Avec la participation de:
Simona Cerutti (EHESS)
Alain Blum (EHESS)
Michela Barbot (CNRS)
Guillaume Calafat (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de la rédaction des Annales)
et Étienne Anheim (Université de Versailles–Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales)

Les Annales en débat : Langues d’islam (XIe-XVe siècle)

couv_annales_3_2015L’héritage de l’orientalisme a fait des études linguistiques sur l’arabe un domaine de recherche souvent séparé de l’histoire des sociétés et des cultures. Dans ce dossier, les Annales proposent de revenir sur ce partage à la lumière de travaux récents inspirés par la sociolinguistique. Face à la pesanteur de l’image d’un arabe classique et coranique dominant les pratiques linguistiques et culturelles, il s’agit de montrer toute la variété des niveaux de langue au sein de l’arabe, mais aussi leur articulation à des formes originales de polyglossie, comme avec le berbère et l’italien. Dans cette perspective interdisciplinaire, les langues peuvent devenir de véritables objets d’histoire, et leur étude, une manière de renouveler profondément l’histoire sociale et politique de ce « second âge de l’Islam » qui reste encore trop souvent dans l’ombre de l’historiographie.

Avec la participation de :

Éric Vallet (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Mehdi Ghouirgate (Université Bordeaux-Montaigne)
Jocelyne Dakhlia (EHESS)
Annliese Nef (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Étienne Anheim (Université de Versailles–Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales)

Les Annales en débat : La longue durée en débat

 
2-2015.inddLa notion de « longue durée », qui a donné son titre à un célèbre article de Fernand Braudel publié dans les Annales en 1958, vient d’être l’objet de nouvelles propositions historiographiques formulées par David Armitage et Jo Guldi dans leur contribution au dernier numéro des Annales et dans un ouvrage intitulé The History Manifesto. Les deux auteurs regrettent l’abandon des études de longue durée par les historiens. Ils plaident pour un retour à ces approches, qui s’appuierait sur les nouvelles techniques de traitement des données massives (big data) et sur l’ambition d’un rôle nouveau à jouer dans l’expertise politique. Ce faisant, ils ont lancé un débat international dont les Annales se sont fait l’écho. Cette rencontre sera l’occasion de revenir sur les différentes dimensions de cette controverse qui met en jeu à la fois les méthodes scientifiques et la fonction sociale de l’historien, et d’en mesurer la portée.

Avec la participation de :

Guillaume Calafat (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de la rédaction des Annales)
Gabriel Galvez-Béhar (Université Lille III)
Claudia Moatti (Université Paris VIII Vincennes – Saint-Denis)
Paola Tubaro (University of Greenwich)
Étienne Anheim (Université de Versailles–Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales)

Les Annales en débat : Lire « Le Capital » de Thomas Piketty

1-2015_bd2-couv« Lire Le capital de Thomas Piketty » : c’est le titre du dossier que les Annales publient dans le no 1-2015, en écho au formidable succès rencontré dans le monde entier par le livre de l’économiste français. À l’occasion de sa parution, la revue propose un débat qui réunira autour de Thomas Piketty des chercheurs invités et des membres de la rédaction afin de mettre en perspective les propositions de l’ouvrage. Dans le prolongement du dossier, il s’agira de poser la question de la place que tient aujourd’hui l’économie au sein des sciences sociales, en particulier vis-à-vis d’une tradition historiographique comme celle des Annales, mais aussi de s’interroger plus largement sur la réception publique et internationale de cette démarche intellectuelle, des États-Unis au Japon en passant par l’Inde.

Avec la participation de :

Étienne Anheim (Univ. Saint-Quentin-en-Yvelines – Annales)

Thomas Piketty (EHESS)

Romain Huret (EHESS)

Sébastien Lechevalier (EHESS)

Vanessa Caru (CNRS – Annales).

Jean-Yves Grenier (EHESS – Annales)

Les Annales en débat : Antisémitisme et histoire

couv-4-2014Des persécutions médiévales à la Shoah, l’antisémitisme semble traverser l’histoire. Il peut susciter deux choix opposés qui sont aussi des renoncements parallèles, celui d’abolir l’histoire en conférant à cet antisémitisme une essence éternelle et celui de le dissoudre dans une historicisation radicale. Le dossier proposé par les Annales essaie de montrer que, face à cette alternative, l’histoire et les sciences sociales ne sont pas tout à fait démunies. En éclairant des objets aussi différents que la politique de Louis IX envers les juifs au XIIIe siècle, le rapport historiographique entre les notions d’antisémitisme et d’antijudaïsme ou le mouvement antisémite dans l’Allemagne de la fin du XIXe siècle, les auteurs réunis ont cherché à poser des problèmes qui concernent non seulement l’antisémitisme, mais aussi l’histoire générale, et qui seront au centre du débat.

Voir également le parcours historiographique lié à ce numéro.

Avec la participation de :

Marie Dejoux (Paris 1)

Maurice Kriegel (EHESS)

Sylvie-Anne Goldberg (EHESS)

Bertrand Joly (Nantes)

Étienne Anheim (Univ. Saint-Quentin-en-Yvelines – Annales)

Les Annales en débat : Politique en Grèce ancienne

3-2014.inddC’est la première fois dans l’histoire des Annales qu’un numéro est entièrement consacré à l’histoire de l’Antiquité grecque, même si la revue, par le passé, a largement accueilli dans ses pages l’anthropologie historique de la Grèce antique et ses différentes déclinaisons (voir le parcours historiographique). Cette parution est l’occasion de mesurer le renouvellement opéré dans le domaine de l’histoire grecque au cours des deux dernières décennies, en partant de la question politique. Le politique, ou plutôt la tension entre « le » politique et « la » politique, reste en effet un observatoire privilégié pour penser l’histoire du monde grec, mais aussi son héritage pour les sciences sociales et les sociétés modernes. Convergence des approches anthropologique, archéologique ou philologique au sein des études grecques ; déplacements historiographiques plus généraux qui n’ont pas été sans effets sur l’histoire ancienne ; transformation de la place de la Grèce antique dans les débats contemporains entre histoire et sciences sociales : autant d’enjeux actuels qui seront abordés lors de cette rencontre avec les invités des Annales.

Avec la participation de:

François Hartog (EHESS)

Anna Heller (Tours)

Bruno Karsenti (EHESS)

Vincent Azoulay (Univ. Marne-la-Vallée – Annales)

Étienne Anheim (Univ. Saint-Quentin-en-Yvelines – Annales)

Les Annales en débat : Souveraineté et territoire (XIXe-XXe siècle)

 
2-2014.inddDepuis deux décennies, l’expérience politique et sociale de ce qu’on appelle la « mondialisation » et une évolution historiographique sensible à la diversité des formes impériales de gouvernement ont remis en perspective l’équivalence entre État et espace politique. Avec ce dossier consacré aux liens multiples tissés entre souveraineté et territoire entre le début du xixe siècle et les années 1930, les Annales ont souhaité prendre part à ce débat où les enjeux historiques, politiques et spatiaux se croisent. Par l’étude comparée d’inscriptions territoriales du pouvoir beaucoup plus complexes qu’on a parfois pu le penser, depuis l’Argentine où le reflux impérial espagnol produit des espaces politiques inédits, jusqu’au jeune État albanais de l’entre-deux-guerres et à son travail de construction territoriale, en passant par les traités coloniaux franco-africains du xixe siècle, le sectionalisme des États américains après la guerre de Sécession et la gestion de sa frontière par le nouveau régime soviétique, ce débat vise à mettre en cause, en compagnie des responsables du dossier et de chercheurs invités, l’idée traditionnelle d’une coïncidence historique entre une souveraineté unitaire et un territoire homogène.

Les Annales en débat : L’économie de l’Égypte ancienne

1-2014L’économie pharaonique, depuis le IIIe millénaire avant notre ère jusqu’à l’époque lagide, reste un domaine scientifique peu exploré et dominé par de nombreuses idées reçues, depuis l’immobilisme de ses structures jusqu’au rôle négligeable joué par les activités commerciales. Largement tributaire du mythe de « l’exception égyptienne » et d’une historiographie privilégiant une approche politique et culturelle, notre connaissance de l’Égypte ancienne a pourtant été largement renouvelée au cours des dernières années, au croisement de l’histoire des textes et de l’archéologie. C’est à cette nouvelle histoire, qui garde une perspective de longue durée mais qui s’inscrit aussi dans un cadre comparatiste, réfléchissant à une économie construite à l’échelle du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient, qu’est consacré ce dossier publié dans les Annales, qui a fait l’objet de ce débat, en compagnie des auteurs, de membres de la rédaction et de chercheurs invités à commenter les différentes contributions.

Avec la participation de :

Juan Carlos Moreno Garcia (CNRS)
Damien Agut-Labordère (CNRS)
Gilles Gorre (Université Rennes II)
Anne-Emmanuelle Veïsse (Université Paris I)
Laurent Feller (Université Paris I)
Vincent Azoulay (Université Marne-la-Vallée – membre du comité de rédaction des Annales)

Parcours historiographique : les Annales et l’histoire à l’échelle mondiale

Sélection des articles par É. Anheim, R. Bertrand, A. Lilti et S. Sawyer

Ce parcours jalonné de textes publiés depuis 1946 dans la revue a pour objectif de remettre en perspective l’historiographie des Annales en regard des débats internationaux des vingt dernières années, autour d’une multiplicité d’approches : histoire globale, histoire mondiale, histoire connectée, histoire comparée, histoires régionales (histoire impériale, atlantique…). Tantôt célébrées comme précurseurs de ces courants majeurs de l’historiographie contemporaine, à travers des figures comme Fernand Braudel ou Pierre Chaunu, tantôt décriées au contraire comme responsables d’un retard français, voire européen, dans le domaine des études historiques au niveau macroscopique, les Annales tiennent une place centrale dans les débats de méthodologie liés à l’histoire globale. Cependant, le brouillage entre une « école » souvent difficile à saisir avec précision et une revue dont l’étude historique reste encore largement à faire rend nécessaire un retour historiographique sur plusieurs décennies de pratiques historiennes.

Cette démarche s’inscrit dans un partenariat des Annales avec le Bureau du Livre de l’ambassade de France en Allemagne, l’Institut français, l’Institut français d’histoire en Allemagne et le Centre Marc Bloch, à l’occasion de la rencontre « Histoire globale/Globalgeschichte. Deutsche und französische Perspektiven » des 6 et 7 décembre 2012. Elle se nourrit de l’actualité des débats français dans ce domaine. Depuis une dizaine d’années, en effet, on peut mentionner plusieurs entreprises éditoriales d’envergure. En 2001, c’est la publication d’un dossier intitulé « Une histoire à l’échelle globale » dans les Annales, comportant des articles de Sanjay Subrahmanyam et de Serge Gruzinski, ainsi qu’un commentaire de Roger Chartier, qui est un moment important de l’émergence, ou de la réémergence, de la thématique globale dans l’historiographique française. La parution en 2004 de l’ouvrage de Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, contribue fortement à inscrire dans le paysage historiographique hexagonal les thématiques de recherche – sur les pratiques et les pensées « métisses », sur le rôle des « passeurs culturels » en situation post-conquête – associées à la notion de « première mondialisation ». Ce mouvement se poursuit avec la publication, en 2007, d’un dossier-bilan « Histoire globale, histoires connectées » dans la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine en 2007 qui lui fait écho. Dans les années suivantes, la publication sous la direction de Patrick Boucheron de L’histoire du monde au XVe siècle en 2009, dont les Annales ont rendu compte sous la plume de Gruzinski, ou de L’histoire à parts égales de Romain Bertrand, en 2011 (ici ou ici), ont confirmé l’attention des historiens français à l’écriture d’une histoire à l’échelle régionale ou mondiale, laquelle confronte, en les comparant ou en dressant la carte des connexions les unissant, des sociétés jusque lors souvent étudiées de manière cloisonnée.

En replaçant ces débats récents dans une temporalité plus longue, le dossier de textes que nous proposons vise à éclairer différentes phases de la réflexion développée dans le cadre des Annales sur la méthode et l’échelle – ou plutôt la focale – pertinente dans les études historiques, sur la construction progressive d’une histoire à l’échelle du monde, ainsi que sur certaines de ses impasses, depuis les moments fondateurs de l’après-guerre avec Braudel, Febvre ou Chaunu, jusqu’aux enjeux très contemporains, en passant par la place accordée à l’histoire globale par l’anthropologie historique dans les années 1970. Ces textes font apparaître, dans leur diversité mais aussi leur continuité, le fil d’une histoire souvent inaperçue : celle qui lie depuis plus de cinquante ans notre revue à une problématique intellectuelle et politique fondamentale, à savoir l’ouverture des horizons de la discipline historique bien au-delà du monde dit « occidental ». Ce dossier voudrait donc être l’occasion non seulement de mettre à la disposition des lecteurs un matériau historiographique dispersé, mais aussi de contribuer à dissiper mythes et malentendus sur les origines de l’histoire globale, ses méthodes et son ambition épistémologique et critique.

Première partie. Les Annales aux origines de l’histoire globale ?

Chap. 1. Les fondements intellectuels d’une histoire globale

Lucien FEBVRE, « Sur une nouvelle collection d’Histoire », 9-1, 1954, p. 1-6.

Pierre GOUROU, « Civilisation et malchance géographique », 4-4, 1949, p. 445-450.

Germaine TILLION, « Dans l’Aurès. Le drame des civilisations archaïques », 12-3, 1957, p. 393-402.

Chap. 2. Premiers jalons

Fernand BRAUDEL, « Monnaies et civilisations. De l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame méditerranéen », n. s., 1-1, 1946, p. 9-22.

Pierre CHAUNU, « Le galion de Manille. Grandeur et décadence d’une route de la soie », 6-4, 1951, p. 447-462.

Deuxième partie. L’anthropologie historique à la conquête du monde

Chap. 3. Nathan WACHTEL, « La vision des vaincus. La Conquête espagnole dans le folklore indigène », 22-3, 1967, p. 554-585.

Chap. 4. William RANDLES, « Échanges de marchandises et échanges de dieux. Un chassé-croisé culturel entre Européens et Bantu », 30-4, 1975, p. 635-653.

Chap. 5. Roy BIN WONG, « Les émeutes de subsistances en Chine et en Europe occidentale », 38-2, 1983, p. 234-258.

Chap. 6. Geoffrey E. R. LLOYD, « Cognition et culture : science grecque et science chinoise », 51-6, 1996, p. 1185-1200.

Troisième partie. Actualité de l’histoire globale. Débats et méthodes

Chap. 7. Sanjay SUBRAHMANYAM, « Du Tage au Gange au XVIe siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle eurasiatique », 56-1, 2001, p. 51-84.

Chap. 8. Serge GRUZINSKI, « Les mondes mêlés de la Monarchie catholique et autres ‘connected histories’ », 56-1, 2001, p. 85-117.

Chap. 9. Roger CHARTIER, « La conscience de la globalité (commentaire) », 56-1, 2001, p. 119-123.

Chap. 10. Francesca TRIVELLATO, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », 58-3, 2003, p. 581-603.

Chap. 11. Catherine JAMI, « Légitimité dynastique et reconstruction des sciences. Mei Wending (1633-1721) », 59-4, 2004, p. 701-727.

Chap. 12. Étienne de LA VAISSIÈRE et Éric TROMBERT, « Des Chinois et des Hu. Migrations et intégration des Iraniens orientaux en milieu chinois durant le haut Moyen Âge », 59/5-6, 2004, p. 931-969.

Chap. 13. Simon SCHAFFER, « L’inventaire de l’astronome. Le commerce d’instruments scientifiques au XVIIIe siècle (Angleterre-Chine-Pacifique) », 60-4, 2005, p. 791-815.

Chap. 14. Gilles HAVARD, « Le rire des jésuites. Une archéologie du mimétisme dans la rencontre franco-amérindienne (XVIIe-XVIIIe siècle) », 62-3, 2007, p. 539-573.

 

 

Les Annales en débat : Statuts sociaux

couv-4-2013La question des statuts sociaux est un objet central pour l’histoire et les sciences sociales depuis le XIXe siècle, même si, à partir des années 1980, avec la critique des grands modèles interprétatifs nés du marxisme et du structuralisme, elle semble passer au second plan. Le numéro spécial consacré aujourd’hui par les Annales aux statuts sociaux vise à montrer comment cette question a repris du sens depuis vingt ans, dans un nouveau contexte historiographique et épistémologique. Réunissant la dimension juridique et les pratiques sociales, mais aussi le point de vue de l’historien et celui des acteurs, le statut social est à la fois une catégorie de l’analyse et un instrument aux mains de ceux qui les composent. À travers un parcours qui mène de la Grèce archaïque à la nomenclature des catégories socio-professionnelles, les contributions de ce numéro tentent de montrer comment l’histoire « sociale » peut renouer avec l’ambition qui était la sienne dans les années 1930, celle d’une sociologie historique générale qui sera au cœur de ce débat.

Avec la participation de :

Julie Claustre (Université Paris I) ;

Claire Judde de Larivière (Université de Toulouse II) ;

François-Joseph Ruggiu (Université Paris IV) ;

Julien Zurbach (ENS Paris) ;

Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin – Directeur de la rédaction des Annales)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search