Les Annales en débat : régime de genre dans les sociétés occidentales

fd3e7970d4

Depuis la fin des années 1980, l’histoire du genre a été l’une des innovations majeures de l’historiographie au niveau international, sans pour autant pouvoir recevoir une définition univoque. Utilisée parfois comme une notion destinée à mettre en crise l’histoire sociale traditionnelle, le genre a pu aussi, au contraire, participer au renouveau d’une pratique de l’histoire attentive à la diversité des identités et des critères de différenciation des individus. Parfois inscrit dans un schéma évolutionniste simplificateur, opposant des sociétés anciennes plurielles du point de vue du genre à une modernité identifiant genre et sexe, le genre est également une ressource pour penser les contradictions et les complexités des mises en forme du sexe social dans le temps et l’espace. En se concentrant sur une chronologie allant de l’Antiquité au XVIIe siècle, ce numéro des Annales tente précisément d’explorer ces deux pistes : il s’agit de montrer comment le genre est tout à la fois une manière de faire de l’histoire sociale et de rendre son épaisseur à une chronologie des rapports entre hommes et femmes qui, au sein d’une même société et à un même moment, peuvent relever de différents « régimes » en évolution constante.
Avec la participation de :
Étienne Anheim (Université de Versailles/Saint-Quentin, directeur de la rédaction des Annales).
Didier Lett (Université de Paris-Diderot)
Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris-Est/Marne-la-Vallée)
Fabrice Virgili (CNRS/Université de Paris I).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.